Concert Franco Na Biso !

Ce projet de coopération artistique habité allie la meilleure tradition du Zaïre de la fin du 20ème siècle avec les formes du jazz européen d’aujourd’hui. En reprenant les chansons du maître, les cinq musiciens proposent une suite aux accents improvisés et rythmés. La rythmique puissante directement inspirée de la rumba se mêle aux mélodies et improvisations du saxophone. Un accent particulier est mis sur le travail des choeurs afin de rendre la pleine dimension de l’univers de Franco Luambo.
Rumba innovante et improvisation : on sert ainsi au mieux deux des grandes traditions de chacun de ces continents.

En écoute sur : http://www.youtube.com/watch?v=gYEHMdcQFjI

JPEGKOJACK KOSSAKAMVE
Guitare et chant
Kojack Kossakamvwe est guitariste jusqu’au bout des ongles (sic). Rares sont ses rivaux à Kinshasa même si la guitare congolaise est reine dans cette capitale d’Afrique centrale : pas une famille sans un guitariste au moins... Kojack commence cependant par la biochimie, cette « discipline scientifique qui étudie les réactions chimiques ayant lieu au sein du vivant » : on ne saurait mieux qualifier les rapports qui interagissent entre les musiciens sur scène. Kojack passe donc logiquement à la musique. Il est le guitariste et chanteur du groupe Strong Afrika, de Wenge Maison mère, il dirige artistiquement le Groupe Kwata Vibra, participe à la comédie musicale sur les enfants sorciers : Basali va Bazoba, il fait la tournée africaine de Maryse Ngalula
avec Elie Kamano et prête son jeu de guitare à d’innombrables Séances de studio à Kinshasa.

JEAN-RÉMY GUÉDON JPEG
Saxophone ténor, France
Dans les années 70, derrière sa guitare, l’oreille collée sur son Transistor, Jean-Rémy Guédon accompagnait déjà Jimi Hendrix et Johnny Winter. Mais c’est en écoutant Earthbound, album live de King Crimson, que la résonance musicale se meut en véritable vocation. Ce sera le saxophone ténor. Tour à tour élève de Michel Goldberg, Jean-Louis Chautemps, David Liebman et Steve Lacy, Jean-Rémy Guédon gardera de son adolescence certaines gesticulations de guitar hero et un style free-bop bien à lui. Il participe à de nombreuses formations de jazz, notamment avec Claude Barthélémy, le big band de Laurent Cugny, Sophia Domancich, Andy Emler, Antoine Hervé, la compagnie Lubat, Albert Mangelsdorff, Paul Rogers.
Parallèlement, il collabore à l’Orchestre de l’Opéra de Paris dans "Le Maître et Marguerite" de York Holler, à l’ensemble 2E2M (direction Paul Méfano), ainsi qu’aux tournées de Jacques Higelin, Starmania...
En 1993, il crée l’ensemble ARCHIMUSIC, octuor réunissant des musiciens de jazz et des musiciens de formation classique qu’il dirige et pour lequel il compose.
Il rejoint l’Orchestre National de Jazz sous la direction de Didier Levallet et mène au sein de cette formation un travail de recherche avec les outils de l’Ircam pour créer des passerelles entre le jazz et la musique contemporaine. Ce travail l’amène à honorer deux commandes de création pour l’ensemble TM+.
Conscient des difficultés croissantes pour faire rayonner les grands
ensembles, il fonde avec Patrice Caratini, Grands Formats : Fédération
nationale des grands ensembles de jazz, interlocuteur très pertinent auprès des institutions culturelles.
Ludisme et exigence, voilà en définitive l’alternative explorée par ce
compositeur-improvisateur-interprète adepte du contre-temps.

JPEGFRANCO LUAMBO
Franco Luambo était le colosse de la musique congolaise.
Outre sa prodigalité musicale, il fût un homme libre, tant musicalement que politiquement. Il était un des rares à pouvoir exprimer son désaccord (sic) auprès du Maréchal Mobutu sans crainte. Il l’accompagnait très souvent lors de ses voyages officiels à l’étranger. Cela a permis à l’ex-Zaïre, et donc à Franco, de devenir le phare de la musique africaine dans le monde pendant les années 80. Un peu à la façon d’un Miles Davis dans le jazz, Franco à surfé sur l’écume de la nouveauté stylistique tout au long de sa courte vie. Il a ainsi développé une rumba bien à lui et plus tard une façon unique de maîtriser le sukus qui donnera le ndombolo d’aujourd’hui. Fait étonnant, le répertoire de Franco est toujours aussi vivant dans le coeur des jeunes comme des anciens en RDC.

Dernière modification : 02/05/2014

Haut de page